TABLE DES MATIÈRES

  1. Synopsis
  2. Attraction
  3. Tensions
  4. Questions

 


SYNOPSIS

La cybernétique, puis la systémique étudient les Mécanismes des systèmes, simples, puis complexes, et des différentes théories qui s'y rattachent.

Il s'agit de modèles, qui tendent à cerner le comportement de ce que nous percevons sous le terme de réalité.

Cette réalité est active; le mouvement est, pour nous, la manifestation de cette activité.

On pourrait se demander quelle est la DYNAMIQUE fondamentale qui met en mouvement tous les éléments qui constituent cette réalité à tous les niveaux de notre observation,

Deux éléments nous semblent participer de toute "activité"

- L'attraction est un phénomène universel, que nous ne contrôlons pas, qui est un des moteurs de mouvement (mouvement = dynamique

- La tension est également un élément moteur indispensable de mouvement.

Ceci est un essai concernant ces deux sujets.

Voici ce que nous proposons:

On pourrait imaginer, sous forme de modèle, que cette dynamique soit manifestée (pour nous, comme modèle) par l'opposition active de deux types d'éléments;

Le mot "milieu", "courant", ou "flux" ou tout autre, pourrait métaphoriquement être représenté par une "soupe" d'énergie latente, potentielle, "équipotentielle", de potentiel zéro.

C'est le lieu où se prélève l'énergie nécessaire a la vie des items et aux opérations entre systèmes.

le mot "item" constitue tout élément, entité, objet inclus dans le milieu, différent du milieu,

Il se crée une activité due au jeu dialectique entre milieu, qui tend à récupérer son énergie et l'item qui "cherche" à la conserver.

ATTRACTION

Un milieu en soi est homogène, isotrope.

Dès qu'un item y est immergé, ce milieu devient localement anisotrope dans une zone (le champ) s'étendant dégressivement autour de l'item, dû au jeu dialectique de récupération par le milieu et de résistance de l'item.

l'eau d'un récipient (milieu) exerce une pression sur tout objet (item) immergé. Cette pression est homogène (isotrope), si l'on est éloigné des bords du récipient

une goutte d'huile que l'on laisse tomber résiste à la pression et finalement prend une forme circulaire après des échanges entre elle et l'eau. Le champ est l'espace dans lequel le milieu n'est plus isotrope du fait de la présence de l'huile.

L'item reçoit une equipression du milieu sur l'ensemble de son interface, le champ étant la manifestation du jeu dialectique entre cet interface et le milieu.

Un autre item, placé dans ce même milieu crée une autre zone perturbée.

une deuxième goutte placée dans les mêmes conditions crée autour d'elle une autre zone anisotrope

Si elle est à proximité de la première, il existera une zone perturbée entre les deux items lorsque leurs champs interféreront, qui rompera l'isopression du milieu, créant une région de "pression différente" entre les deux items, facilitant la pression (la poussée) du milieu de ces deux items l'un vers l'autre ou, à l'inverse, la répulsion.

si les deux gouttes sont suffisamment proches pour que leurs champs interfèrent, il y aura un rapprochement de ces deux gouttes, lent, puis de plus en plus rapide et dans certains cas, absorption de l'une par l'autre.

Ainsi, l'attraction de deux corps est due à un affaiblissement puis à une une rupture locale de la pression du milieu entre ces deux corps, due aux interférences produites par les deux champs sur l'isomorphisme du milieu.

L'attraction de deux items l'un vers l'autre n'est que l'affaiblissement local de la pression qui les entoure. L'attraction, telle que nous l'imaginons n'existe peut-être pas, elle est peut-être une pression coercitive.

Pouvons nous dire que l'attraction ne consomme pas une part de l'énergie disponible de l'item, celle-ci provenant du milieu ? Par contre, la résistance à l'attraction consomme de l'énergie appartenant à l'item concerné.

TENSIONS

Les "tensions" manifestent l'état de l'énergie soustraite au milieu, et sont fonction de la nature et du "volume" des items l'ayant soustraite. Elles sont l'énergie dynamique (potentielle) disponible, prélevée sur le milieu, disponible pour un item donné, à un moment donné.

Cette tension est l'écart entre l'iso-tension du milieu, (point zéro) et la quantité prélevée.

Toute tension est donc spécifique du milieu d'origine et relative à l'item observé. L'énergie est potentielle, la tension est l'énergie en action.

Autrement dit : tout "item" évolue en correspondance avec un milieu dont il a récupéré une part d'énergie. La tension est la "grandeur" et le moteur de cette énergie.

Celle-ci varie en permanence dans le temps (croissante et décroissante) selon la dialectique des rapports entre item et milieu, constituant des cycles, impliquant fréquence et amplitude.

Un item reçoit ou recherche de l'énergie pour éviter sa récupération / anéantissement par le milieu.

Cette récupération d'énergie peut provenir, selon la nature de l'item,

Si l'énergie récupérée

Une association symbiotique est celle dans laquelle les outputs d'un item A sont récupérés comme énergie par un item B et transformés en tension, et inversement.

Une complexité est une association multiple d'items dans laquelle les transferts se font entre associés. Une complexité ne peut vivre en autarcie car les transformations individuelles des items dissipent une partie de l'énergie qui retourne au milieu.

La notion d'entropie pourrait s'analyser en fonction de ces propositions Elle est obligatoirement liée à la nature du milieu et à celle de l'item, et également au stade de la dialectique de leur rapports.

Le mouvement est la mise en évidence de la recherche d'énergie par l'item . Il consomme une partie de la tension disponible de l'item. Il manifeste :

Pour un item, la récupération d'énergie se manifeste par des opérations discrètes successives opérées par les systèmes inclus.

Dans la pratique quotidienne, chaque fois qu'un item s'insère dans un milieu, il se crée une tension. Un jeu dialectique s'installe entre milieu et item.

Si l'item est absorbé, le milieu change quelques unes de ses caractéristiques propres.

Sinon, l'item croît par association symbiotique avec d'autres items, accroissant la tension globale extraite du milieu.

Il se peut que le dépassement d'une limite tolérée par le milieu crée une condition de transition de phase.

Dans ce cas, le milieu se trouve modifié quant à sa tension de base, et l'association d'items deviendrait milieu, elle-même.

Ce nouveau milieu reste dépendant pour l'énergie du milieu dont il est issu.

QUESTIONS (entre autres ...)

La nature du milieu (des milieux) nous est-elle connaissable?

  1. est elle directionnelle (temps) ou isotrope, ou autre?
  2. existe-t-il plusieurs niveaux et types de milieux (inclus et incluant)?
  3. sont-ils liés hiérarchiquement?
  4. comment se constitue un item (le noyau d'un item)?
  5. comment s'effectue le retour de l'énergie au milieu (dissipation)?
  6. est-ce par l'absorption des champs?
  7. pourquoi un item se trouve-t-il projeté (posé, créé) dans un milieu?
  8. un système semble être la structure qui permet l'opposition active à la perte de tension. Comment s'élabore-t-il?
  9. existe-t-il un type de système approprié à chaque type de milieu?
  10. pourquoi un item résiste-t-il à sa récupération par le milieu?
  11. y a-t-il dans la nature une recherche d'iso-tension?
  12. etc.

 Page d'accueil